Comment maîtriser les dangers de l'écran chez nos enfants ?

 

Utiliser l’écran comme un outil, sans excès et dépendance

Il y a une vraie différence entre utiliser les écrans ponctuellement, afin d’y chercher une information, voir un film, téléphoner, se détendre avec des jeux en lignes : solitaire, Mahjong, mots fléchés, sudoku, Candy crusch…) et en faire une surconsommation.

Ce sont les excès qui nuisent à notre équilibre physiologique.

         Si vous oubliez ou perdez votre portable, dans quel état vous sentez-vous ? Faites-vous partie de ceux qui seraient prêts à refaire le trajet pour aller le chercher ? Si vous observez autour de vous dans les transports, combien de personnes voyez-vous avec un livre ou un journal ?

 

L’utilisation du portable dans votre quotidien.

Êtes-vous de ceux qui le déposent sur la table de chevet et lisent leurs messages en pleine nuit ?

Dans votre voiture, conduisez-vous et téléphonez-vous en même temps, faisant fi de votre sécurité et celle des autres ?

L’emmenez-vous dans la salle de bains ? A la cuisine en préparant le repas ? L’avez-vous déjà laisser tomber au fond des toilettes ? Le prenez vous pendant vos repas ?

En consultation avec le médecin, faite-vous une pause pour répondre à vos appels ?

Si vous êtes enseignant, vous est-il arrivé de répondre en plein cours ?

Sur votre lieu de travail, combien d’heures consacrez-vous à vos appels personnels ou mails ?

 

Les parutions d’articles sur les effets secondaires de cette surconsommation d’écrans et jeux vidéo, touchant nos enfants, nous interpellent sans cesse, mais sans trouver parfois le courage de retirer les jeux vidéo des mains des enfants. Quand j’interroge les parents, ils me disent être dépassé, l’enfant jouant parfois 2H par jour et le week-end toute la journée, dès la primaire !

 

 

Les lunettes antireflets peuvent-elles être efficace contre la lumière bleue ?

 

Pour se protéger des écrans, plusieurs marques d’optiques proposent des verres de photo-protection, ou antireflets, mais est-ce vraiment suffisant ?

Pour ma part, je pense que cela va bien au-delà, il faut privilégier la prévention, en limitant les temps d’expositions continues.

 

On parle d’addiction :

On mesure les effets néfastes du tabac sur la santé et ses conséquences sur l’environnement. Malgré les différentes sources d’informations, les photographies sur les paquets, les augmentations de prix, tout cela n’a vraisemblablement pas d’impacts sur les fumeurs.

 

Pour les écrans c’est pareil, les adultes sont accroc aux écrans et les enfants ne font que les imiter !

Seriez-vous capable de dire à votre enfant : « Fais ce que je te dis et non ce que je fais », cela marquerait une incohérence parentale.

 

Chaque jour, nous pouvons mesurer l’irritabilité émotionnelle, que cela peut provoquer, au sein des couples et des familles.

En famille, on peut voir l’adulte ou l’adolescent lire ses messages pendant le repas, plombant parfois la convivialité. Être présent, sans l’être vraiment.

 

En milieu professionnel, au bureau, en réunion, en classe… certains regardent leurs messages, pas toujours professionnels.

 

Les transports en commun

 

Qui n’est jamais sorti du train, du métro, du bus, pressé d’arriver sur son lieu de travail, mais freiné subitement.

Qui n’a jamais déambulé dans les rayons du supermarché bloqué par un caddy, avec le conducteur à l’arrêt.

Lorsque vous subissez un ralentissement devant vous, vous vous interrogez n’est-ce pas, sur les raisons possibles de cet arrêt ? Jusqu’à ce que vous preniez la décision de vous frayer un chemin pour dépasser ce « bouchon », en vous apercevant que cette personne navigue sur ses mails, son whatsapp, ou en pleine conversation personnelle.

Il est si hypnotisé par son écran qu’il fait abnégation de son environnement.

 

Quand ce sont les parents qui proposent l’écran:

 

Avec la fatigue de la semaine et une envie de repos le week-end, sans qu’il ne vous l’ait demandé la 1ère fois, n’avez-vous jamais proposé spontanément votre portable ou tablette à votre enfant (18 mois-2 ans) pour canaliser son énergie et obtenir un temps calme bien mérité ?

Confortablement installé, vous vous extasiez parfois sur la rapidité de compréhension des tout-petits aux nouvelles technologies.

 

Je ne cherche nullement à vous culpabiliser, et souhaite vous aider à prendre conscience, que parfois en voulant bien faire, on fait quelques erreurs, qui sont toujours corrigibles.

 

Au début, vous trouvez marrant d’avoir un « petit vous », en miniature, jusqu’au moment où vous désirez récupérer votre portable. Mais votre petit en a fait sien, difficile de le lui retirer sans une crise de pleurs, comme si vous lui aviez retiré sa tétine ou son doudou.

 

Apprenez à faire du troc, du donnant/donnant. « Tu donnes à maman s’il te plaît… merci mon bébé et insistez avec le sourire…merci », puis proposez-lui un échange « tiens, maman ou papa te prête ses clefs » ou autre chose vous appartenant. N’avez-vous pas remarqué qu’il fait bien la différence entre les touches d’un vrai portable et le jouet à clavier.

 

Vous souhaitez vous détendre.

Mettez lui à disposition des jeux de transvasement, de constructions, de manipulation, de créativité, des livres, un CD avec des histoire, comptines ou musique.

Apprenez-lui à être autonome pendant les temps calmes comme à la crèche ou à l’école.

 

Les sorties d’écoles.

Observez aux sorties d’écoles, le nombre de parents venant chercher leur enfant, téléphone greffé à l’oreille en conversation, tout en le prenant par la main, sans s’enquérir de sa journée passée.

Pourtant ce lieu de vie sociale, peut être source de contrariétés dans ses apprentissages, la rencontre de conflits lors des récréations ou dans les couloirs avec ses camarades.

La sortie d’école est l’occasion pour l’enfant de s’épancher et de se libérer de toute surcharge émotionnelle, il a besoin de votre écoute.

 

Un jour viendra un temps où votre enfant deviendra un adolescent avec lui aussi le téléphone collé non-stop sur son oreille, sans vous regarder, ni vous répondre et vous serez dans une attente désespérer d’échanger avec lui.

 

L’enfant aime imiter l’adulte

A la maternelle, comme en primaire, les enfants aiment les jeux d’imitations de l’adulte : dinette, poupée, les déguisements, la cuisine, le vélo, la fausse cigarette, le garage et ses circuits automobiles…

 

Octroyez des temps précieux à votre enfant, le temps du trajet de l’école à la maison, pour ouvrir le dialogue.

 

Vous voyez, on peut trouver autre chose que les écrans, mais si cela fait aussi parti de notre « monde », il faut trouver le juste équilibre.

 

Pourquoi faire appel à un coach familial

 

J’ai travaillé plus de trente années en pédiatrie, je vous aiderai ainsi que votre enfant à limiter ses temps d’écran, en le tournant vers d’autres activités ludique et enrichissantes pour lui

board-5017871_1280.jpg